L1 par

Caïazzo impliqué dans un complot contre Aulas ?

Commentaire(s)
Aulas dénonce un complot de la part de certains présidents.

Fin avril, le conseil d'administration de la Ligue de Football Professionnel choisissait de mettre un terme au championnat de France de Ligue 1, et de retenir un classement établi selon un indice de performance et un critère du ratio "nombre de points/matches joués" à l'issue de la 28ème journée. Mais, privé de compétition européenne la saison prochaine avec l'OL, Jean-Michel Aulas ne décolère pas. Il accuse même certains présidents de Ligue 1, qui ont pris part au vote lors de ce conseil, d'avoir comploté contre lui.

Sur son compte Twitter, l'emblématique président lyonnais a publié un article de Dominique Sévérac paru dans Le Parisien. Intitulé "La petite vengeance de la Ligue 1 contre Aulas", le papier soutient le fait que certains dirigeants, qui en "veulent (au président lyonnais) pour des raisons précises", se seraient alliés pour lui nuire. "Le football français s'est ainsi mis d'accord sur le second scénario par ce qu'ils n'en peuvent plus de Jean-Michel Aulas" peut-on ainsi lire. Et plusieurs acteurs du football français auraient des motifs valables selon le journaliste : "Al-Khelaïfi (PSG) en a assez des propos d'Aulas sur le modèle du PSG, détenu par le Qatar. Caïazzo (ASSE) est un ennemi intime, tout comme Eyraud (OM), qui le déteste de toutes ses forces. Quant à Rivère (Nice), (...) il a foncé dans cette fronde avec le seul classement disponible qui lui permettait d'accéder à l'Europa Ligue sous conditions". C'est donc l'hypothèse d'un "conseil d'administration joué d'avance" qui est avancée par Sévérac, et confirmée par Aulas.